FESTIVAL CANNES 2019

About This Project

Lors de la soirée de palmarès du 25 mai, au fur et à mesure que les prix étaient décernés – et à Cannes quand un prix est attribué à un film, celui-ci doit s’en contenter, car il est interdit de les cumuler–, on a fini par se demander si 2019 serait l’année de la première Palme accordée de plein droit à une réalisatrice. Pour rappel, en 1994, Jane Campion avait partagé la sienne avec Chen Kaige. Ne restaient à attribuer que le Grand Prix et la Palme d’or. Tous les films représentés sur les fauteuils du Grand Théâtre Lumière, par leurs auteurs ou leurs interprètes, avaient été récompensés, à l’exception de ceux de la Franco-Sénégalaise Mati Diop et du Coréen Bong Joon-ho.

Finalement la 72e édition restera comme celle qui vit un cinéaste coréen remporter pour la première fois la récompense suprême. Le jury présidé par Alejandro Gonzalez Iñarritu a décerné la Palme d’or à Parasite, le septième long-métrage de Bong Joon-ho, film de terreur et dissection impitoyable de la société coréenne. Contrairement à Quentin Tarantino, le cinéma français ne repart pas les mains vides de la compétition cannoise. Le Montfermeillois Ladj Ly a remporté samedi soir le prix du jury pour son premier long-métrage Les Misérables, tandis que Céline Sciamma s’est vue décerner le prix du scénario pour Portrait de la jeune fille en feu. Le Grand Prix a quant à lui été remis à la Franco-Sénégalaise Mati Diop pour son film Atlantique.

  • Palme d’or : Parasite du Sud-Coréen Bong Joon-ho
  • Grand Prix : Atlantique de la Franco-Sénégalaise Mati Diop
  • Prix du jury : Les Misérables du Français Ladj Ly, ex-aequo avec Bacurau des Brésiliens Kleber Mendonça Filho et Juliano Dornelles
  • Prix de la mise en scène : les frères belges Luc et Jean-Pierre Dardenne pour Le jeune Ahmed
  • Prix d’interprétation masculine : l’Espagnol Antonio Banderas pour Douleur et gloire de Pedro Almodovar
  • Prix d’interprétation féminine : l’Anglo-Américaine Emily Beecham pour Little Joe de Jessica Hausner
  • Prix du scénario : Portrait de la jeune fille en feu de la Française Céline Sciamma
  • Mention spéciale du jury : It must be heaven du Palestinien Elia Suleiman
  • Camera d’or : Nuestras madres du Guatémaltèque César Diaz
  • Palme d’or du court métrage : La distance entre le ciel et nous du Grec Vasilis Kekatos
  • Mention spéciale du court métrage : Monstruos Dios de l’Argentine Agustina San Marti  . Report By Jean NGUYEN ( FASHION MOVIE PRODUCTION )
Category
Festival cannes france